=> TEFAF Maastricht 2018 – Jean Michel Renard – Instruments de musique anciens

1-0 renard (1).JPG

TEFAF MAASTRICHT

MARCH 10-18  /  2018

THE NETHERLANDS

http://www.tefaf.com/

++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

+++++++++++++++++++++++++++++

 

++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

Jean Michel Renard

Instruments de musique anciens

Rare and unusual musical instruments

‘Fontenille’ 10 route de la Gare
03330 Bellenaves
France
T  +33 470 583 306
renard.musique@wanadoo.fr
www.renard-music.net

+++++++++++++++++++++++++++++

 

1-0 renard (3).JPG

1-0 renard (6).JPG

1-0 renard (7).JPG

1-0 renard (8).JPG

1-0 renard (12).JPG

1-0 renard (14).JPG

1-0 renard (15).JPG

1-0 renard (17).JPG

1-0 renard (18).JPG

1-0 renard (19).JPG

1-0 renard (20).JPG

1-0 renard (21).JPG

1-0 renard (23).JPG

1-0 renard (24).JPG

1-0 renard (25).JPG

1-0 renard (26).JPG

1-0 renard (32).JPG

1-0 renard (33).JPG

1-0 renard (34).JPG

1-0 renard (35).JPG

1-0 renard (36).jpg

1-0 renard (37).jpg

1-0 renard (38).JPG

1-0 renard (43).JPG

1-0 renard (44).jpg

1-0 renard (47).JPG

1-0 renard (49).JPG

1-0 renard (51).JPG

1-0 renard (51)a.JPG

1-0 renard (52).jpg

1-0 renard (53).jpg

1-0 renard (54).jpg

1-0 renard (55).jpg

1-0 renard (56).jpg

 

Publicités

=> Salon des instruments insolites 2018 – Musiques de Nulle Part – Nicolas Bras

1-2 bras (1).jpg

 

0 salon.jpg

salon instruments insolites 1 (1).JPG

SALON DES INSTRUMENTS INSOLITES

23-24-25 mars 2018

A l’Hotel de la Poste, (Tour & Taxis, 1000 Bruxelles

« Des artistes qui créent et font vivre des instruments, des passionnés qui souhaitent faire connaître leur culture musicale, des associations qui travaillent avec le son et les vibrations mais également des ateliers enfants (adultes admis) axés sur  l’apprentissage, la découverte et une autre approche des sons et des cultures.
Cette deuxième édition du Salon des Instruments Insolites a pour objectif de vous faire pénétrer dans un monde sonore si présent et pourtant si méconnu, mais également de permettre à tant d’artistes, de musiciens et d’associations de faire découvrir leur travail, leur passion et leur culture. »

http://www.salondesinstrumentsinsolites.be/

https://www.facebook.com/salon.des.instruments.insolites/

Si vous souhaitez en savoir plus sur le salon, ses participants, les instruments ou l’organisation, n’hésitez pas à nous contacter au +32 (0)485/39.34.11.

 

« En oubliant le toucher

et le travail de la matière,

on loupe un truc essentiel. »

 

1-2 bras (17).JPG

Musiques de Nulle Part

Nicolas Bras

http://www.musiquesdenullepart.com/

https://www.facebook.com/musiquesdenullepart

musiquesdenullepart@gmail.com

1-2 bras (4).JPG

1-2 bras (7).JPG

1-2 bras (8).JPG

1-2 bras (10).JPG

1-2 bras (11).JPG

1-2 bras (13).JPG

1-2 bras (16).jpg

1-2 bras (18).JPG

1-2 bras (19).JPG

1-2 bras (20).JPG

1-2 bras (21).JPG

1-2 bras (22).JPG

1-2 bras (24).JPG

1-2 bras (25).JPG

1-2 bras (26).JPG

1-2 bras (27).JPG

1-2 bras (28).JPG

1-2 bras (29).JPG

 

=> Salon des instruments insolites 2018 – Atelier Malopelli (Antoine Malot)

1 Malopelli (0)b.jpg

 

0 salon.jpg

salon instruments insolites 1 (1).JPG

SALON DES INSTRUMENTS INSOLITES

23-24-25 mars 2018

A l’Hotel de la Poste, (Tour & Taxis, 1000 Bruxelles

« Des artistes qui créent et font vivre des instruments, des passionnés qui souhaitent faire connaître leur culture musicale, des associations qui travaillent avec le son et les vibrations mais également des ateliers enfants (adultes admis) axés sur  l’apprentissage, la découverte et une autre approche des sons et des cultures.
Cette deuxième édition du Salon des Instruments Insolites a pour objectif de vous faire pénétrer dans un monde sonore si présent et pourtant si méconnu, mais également de permettre à tant d’artistes, de musiciens et d’associations de faire découvrir leur travail, leur passion et leur culture. »

http://www.salondesinstrumentsinsolites.be/

https://www.facebook.com/salon.des.instruments.insolites/

Si vous souhaitez en savoir plus sur le salon, ses participants, les instruments ou l’organisation, n’hésitez pas à nous contacter au +32 (0)485/39.34.11.

 

1-1 Malopelli (0).JPG

Atelier Malopelli

Antoine Malot

http://atelier-malopelli.com/

https://www.facebook.com/malopelli.instruments/

malopelli@orange.fr

 

1-1 Malopelli (0)a.JPG

1-1 Malopelli (3).JPG

1-1 Malopelli (15).JPG

1-1 Malopelli (4).JPG

1-1 Malopelli (5).JPG

 

1-1 Malopelli (6).JPG

1-1 Malopelli (7).JPG

1-1 Malopelli (8).JPG

1-1 Malopelli (9).JPG

1-1 Malopelli (10).JPG

1-1 Malopelli (11).JPG

1-1 Malopelli (12).JPG

1-1 Malopelli (13).JPG

1-1 Malopelli (16).JPG

1-1 Malopelli (17).JPG

1-1 Malopelli (20).JPG

1-1 Malopelli (21).JPG

1-1 Malopelli (22).JPG

1-1 Malopelli (23).JPG

 

=> Art décoratif Tshokwe: Détails d’une série de vingt-deux « Sanza » décorées du masque PWO

 

1-SANZA Tshokwe PWO.jpg

 

tshokwe (0).jpg

Toutes ces sanza proviennent de la région chevauchant les frontières de la R.D. du Congo de l’Angola et de la Zambie. Cette région est peuplée principalement par les Tshokwe (Kioko / Batshioko / Chokwe / Cokwe / …), Lwena, Lunda, Lovale, Ngangela, Mbunda… 

Chez les Tshokwe les sanza portent le nom générique de «Cisanji / Kisanji / Tyitanzi / Tchitanzi / Kisaanjj » (Maquet, Borel, Bastin, Laurenty, Rehinda, Kubik…).

J. N. Maquet (La musique chez les Pende et les Tshokwe – 1954) et M.L. Bastin (Art Décoratif Tshokwe – 1962) détaillent plus précisément les sanza Tshokwe en six grandes catégories:

  1. Les Cisanji ca kakolo ndondo (clavier simple) – Les sanza de ce type sont très nombreuses chez les Tshokwe, elles seraient les plus anciennes et propre aux Tshokwe, elles auraient ensuite été adoptées par les Lwena, Lunda etc. La sanza kakolo ndondo se joue généralement en solo; elle accompagne le chant des hommes qui parcourent les pistes, elle est aussi jouée le soir lors des veillées. Quand l’instrument est joué au-dessus d’une calebasse servant de résonateur par un musicien professionnel (voir photo ci-après) un jeune garçon frappe la calebasse au moyen d’une baguette mukakala.

  2. Les Cisanji ca lungandu (clavier double en terrasse) – Les sanza de ce type sont des instruments anciens d’origine Lwena. Adoptée par les Tshokwe, elle ne semble pas connue des Lunda. A deux claviers superposés (clavier double en terrasse), composés en général d’une série de touches à registre grave (shina) et d’une série au registre médium (cikaci) avec parfois une ou deux touches dans l’aigu (songo) Elle se joue au-dessus d’une calebasse résonateur.

  3. Les Cisanji ca muyemba ou mugemba (clavier triple en terrasse) – Ces sanza sont de grandes dimensions, anciennes et propre au Tshokwe. Les Lwena l’utilisent également; au ignore si les Lunda la connaissent. A trois claviers superposés (clavier triple en terrasse), composés en général d’une série de touches à registre grave (shina) et d’une série au registre médium (cikaci) et d’une série au registre aigu (songo). Elle se joue au-dessus d’une calebasse résonateur.

  4. Les Cisanji ca mutshiabata ou mutshapata / mutyapata / mucapata (table creusée par le côté antérieur formant résonateur)

  5. Les Cisanji ca libungu ou lipungu (en caissette formant résonateur)

  6. Les Cisanji ca kele mucapata (sanza en radeau)

Ces sanza sont sont dans leur grande majorité décorées de très beaux motifs géométriques incisés. La fonction esthétique est sans aucun doute la motivation première de ces décorations. Mais chez les Tshokwe, une fonction symbolique est également attribué à la décoration de la table de résonance qui est ornée de motifs incisés appelés « yitoma », motifs empruntés entre autres aux dessins des scarifications corporelles et à ceux de la vannerie etc.

Sur la table décorée de ces motifs « yitoma » est parfois intégré un masque « mukishi wa pwo » ou « mwana pwo » ou encore plus simplement « pwo » incarnation de l’ancêtre féminin, mère de la tribu, qui évoque l’ancêtre féminin du lignage. L’exhibition de ce genre de masque devant l’assemblée villageoise a un caractère magique: il apporte la fécondité et la prospérité.

La stylisation des traits féminins sur le masque « pwo » illustre les caractéristiques de l’art Tshokwe et en particulier la stylisation des yeux: ils sont mi-clos au centre de larges orbites concaves.

Le motif cruciforme gravé autour ou sur le front de la tête « pwo », qui décore non seulement les sanza, mais aussi, les vêtements d’apparats, fronts et joues des masques « pwo » des Tshokwe et « pwevo » des Lwena. Comme celle des Tshokwe l’histoire des Lwena est liée à l’arrivée du héros civilisateur Tshibinda Ilunga, « Ilunga le grand chasseur », un prince Luba qui introduisit la chasse à l’arc et un système de centralisation du pouvoir. Il n’est donc pas surprenant que les Tshokwe et les Lwena partagent de nombreuses traditions artistiques et culturelles, entre autre les motifs des scarifications et plus particulièrement ce motif cruciforme « tshingelyengelye ou cingelyengelye » aux extrémités circulaires (ansés) ou triangulaires. Selon M. L. Bastin, il serait inspiré de la croix du Christ du Portugal. Les peuples Lwena quant à eux commencèrent à l’utiliser suite au contact avec les marchands Tshokwe.

Mais il est possible que ce motif que l’on retrouve d’ailleurs aussi chez les Kuba, soit d’origine beaucoup plus ancienne, car on a découvert sur le Haut-Zambèze des pétroglyphes reproduisant ce genre de symbole à entrelacs de lignes recourbées à leurs extrémités, (voir ci-après).

tshokwe (2).jpg

Source: OLIVEIRA José Osario de – FLAGRANTES DA VIDA NA LUNDA – 1958 – Lisboa: Diamang – p. 70

Légende: Le chef batshioko Sacamanda, qui a été Chef du village du Musée de Dundo

Pays: Angola – région de la Lunda

 

 

tshokwe (3).jpg

Source: SCIENCES et VOYAGES – 1957 – N° 141

Légende: Danseur masqué « mwana pwo »

Pays: Angola

 

tshokwe (1).jpg

Source: OLIVEIRA José Osario de – FLAGRANTES DA VIDA NA LUNDA – 1958 – Lisboa: Diamang – p. 113

Légende: Des auxiliaires indigènes du Musée mettant à découvert des dessins gravés sur un rocher (Haut-Zambèse)

Pays: Angola – région de la Lunda

 

tshokwe (6).jpg

Source: L’Illustration Congolaise – 1939 – N° 21(Cliché Ministère des Colonies)

Légende: Musicien ambulant

Pays: R. D. du Congo

 

tshokwe (5).jpg

Remarque: Cette photo est reproduite également dans Laurenty J.S. – L’organologie du Zaïre TII – 1995 avec la légende: Musicien Tshokwe du territoire de Sandoa (Shaba) jouant de la sanga – photo: Steppe E – 1931

Source: « Chromo N° 171 » après 1950 ?

Légende: La leçon de « SANGA »

Pays: R. D. du Congo

Remarque: la photo précédente reprise, arrangée et éditée en chromo par les fromages « la vache qui rit » 

 

tshokwe (4).jpg

 Source: OLIVEIRA José Osario de – FLAGRANTES DA VIDA NA LUNDA – 1958 – Lisboa: Diamang – p. 161

Légende: Groupe de joueurs Batshioko, de « quissanges » sur des calebasses

Pays: Angola – région de la Lunda

 

1-SANZA Tshokwe PWO 01 (1).JPG

1-SANZA Tshokwe PWO 01 (2).JPG

1-SANZA Tshokwe PWO 01 (3).JPG

1-SANZA Tshokwe PWO 01 (4).JPG

1-SANZA Tshokwe PWO 01 (5).JPG

1-SANZA Tshokwe PWO 01 (6).JPG

1-SANZA Tshokwe PWO 01 (7).JPG

1-SANZA Tshokwe PWO 01 (8).JPG

1-SANZA Tshokwe PWO 01 (9).JPG

1-SANZA Tshokwe PWO 01 (10).JPG

1-SANZA Tshokwe PWO 01 (11).JPG

1-SANZA Tshokwe PWO 01 (12).JPG

1-SANZA Tshokwe PWO 01 (13).JPG

1-SANZA Tshokwe PWO 01 (14).JPG

1-SANZA Tshokwe PWO 01 (15).JPG

1-SANZA Tshokwe PWO 01 (16).JPG

1-SANZA Tshokwe PWO 01 (17).JPG

1-SANZA Tshokwe PWO 01 (18).JPG

1-SANZA Tshokwe PWO 01 (19).JPG

1-SANZA Tshokwe PWO 01 (20).jpg

1-SANZA Tshokwe PWO 01 (21).JPG

1-SANZA Tshokwe PWO 01 (22).JPG

 

Bibliographie sélective

Maquet J. N. – La musique chez les Pende et les Tshokwe, 1954 * Laurenty J. S. – Les sanza du Congo, 1962 * Laurenty J.S. – L’organologie du Zaïre TII; les Sanza; les Xylophones; les Tambours à fente, 1995 * Maes J. – La sanza du Congo Belge – 1921 * Borel F. – Les sanza, 1986 * Schaeffner A. – Origine des instruments de musique, 1936 * Cogdell J + Kubik G. – Turn up the volume, 1999 * Bastin M. L. – Art décoratif Tshokwe, 1962 * Gansemans J & Schmidt Wrenger B.- Zentralafrika, 1986 * Redinha J. – Instrumentos musicais de Angola, 1984

=> Lamellophone – 3 Sanza Luba (R. D. du Congo)

sanza (2).JPG

 3 Sanza provenant des Luba (R. D. du Congo)

H: 22, 20 et 13cm

Bois, métal …

Bibliographie sélective

Borel F. – Les sanza, 1986 – p. 108 à 117 * Dagan E. A. – Quand l’Art s’allie à la nature, 1988 – p. 145 * Laurenty J. S. – Les sanza du Congo, 1962 – pl. XLn° 438 à 441 * Périodique – Art d’Afrique Noire,n° 24 / 1977– p. 32 * Polfiet L. – Bodies of resonance, 1985 – p. 43 * Rivière M. – Les chefs d’oeuvres africains des collections privées française, 1975 p. 158 * Roberts & Maurer – Tabwa, 1985 – p.264 & 265n° 316 à 323 & p. 277 n° 410 & 411 * Vente – Christie’s (New York), 1997 – n° 338 * Exposition – Roots of american jazz (New Orleans), 1995 – p. 1 * Cogdell J + Kubik G. – Turn up the volume, 1999 – p. 242, 243 * Bantje H. – Kaonde, 1978 * Afrika Museum Berg en Dal – Forms of Wonderment, 2002, Vol. 2 p. 487

sanza (3).JPG

sanza (4).JPG

 

sanza (5).JPG

sanza (6).JPG

 

sanza (7).JPG

sanza (8).JPG

sanza (9).JPG

#1 – Les Idiophones: Introduction

 IDIOPHONES – Introduction

idiophne 01.jpg

 

 » La diversité des instruments naît de l’union réelle de la musique et de la vie.

Il semble qu’à cette condition de matérialité notre sens de la musique s’élargisse.

Trop limitée au seul aspect de ses oeuvres, la musique gagne à être vue également

sous le naturalisme de ses instruments. « 

 André Schaeffner

Origine des instruments de musique (1936)

 

 » L’extrême diversité des instruments musicaux d’Afrique est la preuve des

dispositions musicales remarquables de ses habitants, de leur esprit inventif et de

leur ingéniosité. Leur conception suppose une connaissance empirique des lois de

l’acoustique et la recherche constante du timbre. « 

 

J.-N. Maquet

Antenne (1961)

 

IDIOPHONES

 Sanza, claquettes, racles, xylophones, tambours à fente, cloches avec ou sans battant, hochets, grelots & sonnailles, sistres.

 

En fonction du mode de percussion on répartit les idiophones en 6 grands groupes:

  • Les idiophones par pincement:

                 – Sanza

   (guimbardes, boîtes à musique)*

  • Les idiophones par entre-choc:

                 – Cla(i)quettes

   (cymbales, castagnettes) *

  • Les idiophones par raclement:

                 – Racles

   (crécelles)*

  • Les idiophones par friction:

   (frotteurs, bols chantant)*

  • Les idiophones par frappement:

                 – Xylophones

                 – Tambours à fente

                 – Cloches avec ou sans battant

                 – Tape-cuisses

   (bâtons de rythme, mortiers, métallophones, lithophones, cristallophones, simandres, tambours d’eau…)*

  • Les idiophones par secouement:

                 – Hochets & sistres

                 – Grelots & sonnailles

   (anklung)*

 

 * En italique et entre parenthèses: types d’instruments peu ou pas représentés en Afrique Noire.

+++++++++++++++++

 

Dans les collections des musées, les idiophones sont de loin les plus nombreux et les plus diversifiés. Ils représentent près de 50% de l’ensemble des instruments de musique traditionnels d’Afrique Noire répertoriés dans leurs réserves. Il ne faut pas oublier que deux des traits essentiels de la musique africaine sont le rythme et la prédominance de la percussion.

  • Musique et danse sont profondément insérées dans le tissu social, tout comme les autres créations esthétiques: I’art est partie de la vie, ce qui rend caduque les distinctions occidentales entre art pur et art appliqué, artiste et public, professionnel et amateur. Ceci ne veut pas dire que la spécialisation soit absente, et que le talent et les aptitudes individuelles ne soient pas perçus et valorisés, mais bien que les pratiques musicales concernent activement une partie du groupe beaucoup plus importante que dans les sociétés industrielles. Elles sont liées étroitement aux événements de la vie sociale: investitures de chefs, travail, réjouissances, cérémonies de deuil, chasse, et rituels religieux, etc… . Ainsi la musique traditionnelle existe-t-elle en Afrique du berceau à la tombe, part vivante d’une culture qui transcendante et transforme l’expérience quotidien.
  • Les instruments utilisés dans le contexte traditionnel sont très nombreux et semblent n’avoir sur ce plan de concurrence qu’en Asie. Toutes les familles y sont représentées, des percussions aux cordes en passant par les vents. Ici encore, on est frappé par la multiplicité des types, des formes, des solutions techniques et esthétiques à l’intérieur de chaque catégorie. Depuis les plus primitifs racleurs, hochets, sifflets de paille, etc…, jusqu’aux harpes, tambours, sanza et xylophones d’une grande complexité et de facture extrêmement soignée.
  • La participation des instruments est très variable: certaines musiques sont dominées par les percussions et mettent en oeuvre des tambours de toutes tailles et tous types. D’autres sont vocales et polyphoniques, avec pour seul accompagnement un discret racle en bambou. Mais quelque soit la proportion des ingrédient, chants, messages, instruments et danses forment un agrégat presque indissoluble.

Avant d’aborder la description des idiophones proprement dite, ci-après 4 séries de photos prises par Ch. Hénault dans les années 1970-1990 lors de ses missions dans diverses régions de la R.D. du Congo, appelé Zaïre à l’époque.

 

SERIE 1:

Danseuses et instruments de musique chez les Mangbetu, Village de Mongomasi Bunie (région des Uele)

R.D. du Congo (photos: Ch. Hénault, 1982)

idiophne 02.jpg

idiophne 03.jpg

idiophne 04.jpg

idiophne 06.jpg

idiophne 07.jpg

idiophne 08.jpg

idiophne 09.jpg

 

SERIE 2:

Musiciens Budu (région des Uele et des Mangbetu)

R.D. du Congo (photos: Ch. Hénault, 1976)

idiophne 10.jpg

idiophne 11.jpg

idiophne 12.jpg

 

SERIE 3: 

Cérémonie d’initiation chez les Pende (région du Kwango)

R.D. du Congo (photos: Ch. Hénault, 198?)

idiophne 13.jpg

idiophne 14.jpg

idiophne 16.jpg

idiophne 15.jpg

idiophne 17.jpg

 

SERIE 4:

Tambours à fente et xylophone (pandingbwa) Zande

R.D. du Congo (photos: Ch. Hénault)

 

idiophne 18.jpg

idiophne 19.jpg

idiophne 20.jpg

idiophne 21.jpg

 

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer